Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Problématique de l’accès aux soins au Sénégal

Posté par: Portail SENEGALSANTE.COM| Vendredi 05 juillet, 2013 09:23  | Consulté 2290 fois  |  2 Réactions  |   

Situation au Sénégal

La situation au Sénégal est caractérisée par une forte mortalité maternelle, notamment en raison de la difficulté à gérer les urgences obstétricales, et à réduire significativement les obstacles géographiques et financiers. Ainsi, il est estimé que le taux de mortalité maternelle est de 392 décès de femmes enceintes pour 100 000 naissances vivantes (EDS-MICS 2010-2011). 40% de femmes au Sénégal ne sont pas assistées par un personnel de santé qualifié, au moment de donner la vie.

Il faut également souligner la faible prise en compte des besoins sexo-spécifiques en santé sexuelle et reproductive dans les politiques et programmes de santé. Au Sénégal, 29% de femmes voudraient utiliser la planification familiale, mais n’ont pas accès aux méthodes et/ou produits de la contraception. Seules 12% des femmes ont recours à une contraception.


La vulnérabilité des femmes et des adolescentes aux IST/VIH/sida doit également être mise en avant. Le VIH reste la première cause de décès maternel.

 

Projet de couverture maladie universelle

 

La couverture universelle en santé est un des piliers du renforcement des systèmes de santé. 

L’idée actuellement tant au niveau des pays émergents que des acteurs internationaux (voir le rapport de l’OMS « Le financement des systèmes de santé: le chemin vers une couverture universelle » (2010)) est de sortir des interventions en santé trop ciblées pour aller vers des politiques visant à assurer l’accès aux soins pour tous en faisant en sorte d’aider les pays à financer des services de santé de qualité et l’accès à ces services de manière durable.

 

Le projet de couverture maladie universelle (CMU) souhaitée par M. Macky Sall

 

Le budget du ministère de la santé correspond à 10% du budget de l’Etat et 10 milliards de FCFA sont prévus pour la CMU, soit 1/12ème du budget total du ministère. L’objectif du projet est de porter le taux de couverture maladie de 20% à 50% et comprend 3 axes : 

- réforme des politiques de gratuité des soins de santé 

- réforme des Institutions de Prévoyance Maladie 

- l’extension de la couverture du risque maladie aux secteurs ruraux et informels : au Sénégal, 20% des personnes seulement ont une assurance santé. Un important travail de plaidoyer et de pédagogie est nécessaire pour inciter les populations à adhérer à une mutuelle de santé. Il faut expliquer l’importance d’anticiper la survenance de la maladie. 

Un Fond d’équité, aujourd’hui projet pilote sera généralisé afin de subventionner à 100% la cotisation des personnes les plus pauvres.

 

Le gouvernement sénégalais prépare un projet ambitieux pour améliorer la couverture en santé de sa population. La réalité du terrain nous montre à quels point les défis sont immenses, tant en matière d’accès géographique que financier aux services de santé. 

Pour une partie importante de la population, le cout de transport peut être égal voire supérieur au cout de la prestation de soin. L’amélioration de la qualité des services de santé et le renforcement des systèmes de santé, de gestion et d’approvisionnement sont clés pour une réussite d’une politique de protection sociale en santé.

 

L’Etat ne subventionnant pas suffisamment les structures de santé, celles-ci se voient obligées de faire payer les frais de santé pour recouvrir les coûts. Seul un investissement plus grand de l’Etat sénégalais dans le budget de la santé permettrait de répondre concrètement à cet enjeu de la levée des barrières financières, avec l’appui des partenaires techniques et financiers.

 

Les expériences des pays voisins (Niger, Burkina Faso) montrent à quel point un sous-financement et une mauvaise préparation peut mener à l’échec d’une politique de gratuité des soins ou de protection sociale. Il est essentiel pour le Sénégal que son initiative de couverture maladie universelle fonctionne, et pour cela, qu’elle soit financée à la hauteur des besoins. 

 

Les ressources domestiques ne suffisant pas à l’heure actuelle, les partenaires techniques et financiers doivent s’engager à soutenir financièrement ce type d’initiatives. 

Plus globalement, nous avons pu observer en quoi la couverture maladie universelle peut constituer un objectif de développement. Dans les débats sur les objectifs de développement après 2015, la couverture universelle en santé et son financement constituent des défis majeurs dont la communauté internationale et les pays donateurs de l’aide au développement doivent s’emparer. 

 

Question des OMDs et de la stratégie post 2015 

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ont été adoptés lors du Sommet du Millénaire qui s’est déroulé en septembre 2000 à New York. A cette occasion, l’Assemblée Générale des Nations Unies ratifiait la Déclaration du Millénaire définissant au moyen de cibles, d’indicateurs et de statistiques huit objectifs de développement à atteindre en 2015.

 

Les réflexions sur le futur des OMD s’engagent actuellement au sein de la « communauté internationale » mais dans un contexte radicalement différent par rapport aux années 2000. Le processus d’élaboration du futur cadre doit faire face aux crises, économique, financière, énergétique, alimentaire, mondiales qui, même si elles mettent en exergue la nécessité de politiques proactives au niveau mondial, tendent à délégitimer la coopération internationale et l’aide au développement au profit de politiques nationales et d’une démarche plus introspective.

 

Les acteurs de la santé souhaitent faire de la CMU une base pour le futur cadre post-2015. La CMU est donc un enjeu central et stratégique du futur cadre, notamment dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. Selon l’OMS, chaque année 100 millions de personnes basculent sous le seuil de pauvreté faute de protection contre le risque maladie. 

 

Cependant, si la volonté politique est de plus en plus présente dans les pays à moyen et faible revenu, l’une des difficultés principales est que cela requiert un financement conséquent. La mise en place de programmes de couverture universelle en santé au Sud requiert des ressources internes, des financements additionnels et innovants et un soutien important de la part des bailleurs. 

Ce qui implique de trouver des solutions originales et adaptées au contexte socio-économique.

 

L’action du Parlement européen dans ce domaine 

En Mai 2010, le Parlement avait adopté un rapport sur les progrès en vue de la réalisation des OMD. Il appelle à nouveau les États membres et la Commission à allouer au moins 20% des dépenses de développement à la santé et à l’éducation de base. Des efforts sont spécifiquement demandés en matière génésique, d’amélioration la santé maternelle, de réduction de la mortalité infantile.

 

Le rapport de la Commission DEVE dont F.Kazmareck est le rapporteur (voir le lien ici) est actuellement en cours de discussion et vise à fixer à la position du Parlement concernant la stratégie post 2015. La commission FEMM a été saisie pour avis sur ce rapport (voir le lien ici). 

 

En tant que  rapporteur pour le groupe Verts/ALE, Nicole Kiil-Nielsen a donc proposé plusieurs amendements visant à mettre l’accent sur la synergie entre prise en compte des droits sexuels et reproductifs et la réalisation des autres OMDs et à promouvoir l’accès aux services de planification familiale. L’accès à une éducation de qualité, la promotion d’un système de couverture maladie universelle public et gratuit font aussi partie des points défendus.

 www.senegalsante.com

Source : http://www.nicolekiilnielsen.eu/

 L'auteur  Portail SENEGALSANTE.COM
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme on July 8, 2013 (15:24 PM) 0 FansN°:1
c'était mieux de construire par orgueil une statue de 13 milliards que de soigner bien les malades
Anonyme on July 8, 2013 (15:27 PM) 0 FansN°:2
c'était mieux de faire construire par orgueil une statue de 13 milliards que de financer les infrastructures de santé

Ajouter un commentaire

 
 
Portail SENEGALSANTE.COM
Blog crée le 27/08/2012 Visité 451166 fois 42 Articles 1147 Commentaires 79 Abonnés

Posts recents
Problématique de l’accès aux soins au Sénégal
USAID ChildFund Sénégal : Le Paludisme tue
Les « n’importe quoi » sur les contraceptions de rattrapage ou « pilules du lendemain »
Les Bienfaits de l’Avocat
France : Des SMS pour arrêter de fumer
Commentaires recents
Les plus populaires
13 questions embarrassantes sur le sexe
Les Plantes au secour de l'Inappétence Sexuelle
Les paternités tardives seraient également à risque
Les femmes souvent plus distraites pendant le sexe
Les Bienfaits de l’Avocat